Nose against the window

Icon

Just another WordPress.com site

contacts trouvés dans des textes /projets

Les « artisans » d’Internet mon amour: Olivier Auber, chercheur, Agnès de Cayeux, net-artiste, Géraldine Gomez, curatrice au Centre Pompidou, David Guez, artiste hacktiviste, Valentin Lacambre, figure de l’Internet indépendant, fondateur d’Altern et Gandi, Nathalie Magnan, tacticienne des médias et cyberféministe, Albertine Meunier, net-artiste, Annick Rivoire, créatrice du site Poptronics, Anne Roquigny, curatrice nouveaux médias, Cyril Thomas, historien de l’art.

http://www.internetmonamour.fr

Daniel Langlois Foundation for Art, Science and Technology.

Exposition “Frontières”:

http://www.museum-lyon.org/expo_temporaires/frontieres/frontieres_accueil.php

Michel Foucher, né en 1946, agrégé de géographie, docteur ès lettres et sciences humaines (Sorbonne, 1986 : thèse d’Etat sur la géopolitique des frontières dans le Tiers Monde), professeur à l’Université Lumière Lyon II depuis 1989. M. Foucher a été également professeur au Collège d’Europe de Natolin / Varsovie (1994-2002), consultant pour la Commission Européenne, conseiller de la Lyonnaise de Banque, chargé de mission pour la DATAR, puis Conseiller du Ministre des Affaires Etrangères, M. Hubert Védrine (1998-2002), Directeur du Centre d’analyse et de prévision du Ministère des affaires étrangères (1999-2002) et  Ambassadeur de France en Lettonie (2002-2006). Il est membre du Comité Scientifique de la Fondation Robert Schuman et depuis février 2006 ambassadeur en mission sur les questions européennes.

Philippe Rekacewicz, né en 1960 à Paris, est géographe, cartographe et journaliste. Il est collaborateur permanent du mensuel le Monde diplomatique pour lequel il est chargé de la production cartographique. En 1996, il rejoint une unité délocalisée en Norvège du Programme des Nations unies pour l’environnement où il prend la responsabilité du département de cartographie et mène divers projets dont l’objectif est de structurer et rendre disponible l’information environnementale pour le grand public dans les domaines aussi variés que la gestion de l’eau, les changements climatiques ou les grandes pol-lutions industrielles. Il s’intéresse aux relations qui unissent la cartographie avec l’art, la science et la politique, en particulier sur les apports de l’art dans la production de cartes, dans l’utilisation politique de la carte comme objet de propagande.

Guy-Pierre Chomette, né en 1969, est journaliste indépendant (Le Monde diplomatique, Le Figaro, Géo, etc.). Il voyage depuis une quinzaine d’années en Europe centrale et orientale.

En 1997, le début du processus de l’élargissement de l’Union européenne vers l’est le pousse à faire des frontières orientales de l’Union le thème principal de son travail. En 1998, il met sur pied le projet Lisières d’Europe qu’il réalise avec Frédéric Sautereau entre 2000 et 2003 et pour lequel il reçoit le soutien de la Fondation de France (Prêt d’Honneur Marc de Montalembert 1998) et de la Mairie de Paris (Label Paris Europe 2001).

En 2004, il a rejoint le collectif Argos (photographes et rédacteurs associés) avec lequel il mène un projet éditorial sur les premiers réfugiés climatiques dans le monde.

Frédéric Sautereau, né en 1973, est photographe indépendant depuis 1995. Photographe et directeur de l’agence Œil Public, il partage son temps entre son travail personnel et l’agence. La notion de frontière et de division est le thème central de son travail.

De juillet 1997 à avril 2000, il travaille sur les villes divisées : Belfast, Nicosie, Mostar, Jérusalem et Mitrovica.

De juin 2000 à août 2003, il se consacre au projet Lisières d’Europe et reçoit le soutien du Label Paris Europe, du Centre national des arts plastiques et de la Fondation Hachette. Le livre Lisières d’Europe est paru aux Editions Autrement en avril 2004. Il reçoit le Prix Fuji en 2003 pour un travail sur le mur érigé entre Israël et la Cisjordanie.

Olivier Jobard,

Olivier Jobard est né le 20 janvier 1970. Il intègre en 1990 l’école Louis Lumière qui lui propose d’effectuer son stage de fin d’études à l’agence Sipa Press.

En 1992, Olivier Jobard rejoint l’équipe des photographes de SIPA. Il couvre de nombreux conflits dans le monde…

En 2000, il se rend à Sangatte. C’est le choc. Ne voulant plus se contenter de saisir des instantanés de guerre, il s’attache à en montrer aussi les conséquences. Pendant deux ans, il retourne périodiquement à Sangatte pour connaître ces hommes qui, du jour au lendemain, abandonnent un passé, une culture, une famille pour une nouvelle vie qu’ils rêvent meilleure.

En 2004, poursuivant son travail sur l’immigration, Olivier Jobard rencontre Kingsley au Cameroun et décide de l’accompagner sur la route des clandestins vers l’Europe. Après avoir traversé le Nigeria, le Niger, le désert du Sahara, l’Algérie, ils arrivent enfin au Maroc et embarquent sur un esquif de fortune pour rejoindre les Canaries.

Pendant plus de six mois, Olivier Jobard établit une relation personnelle avec Kingsley qui le place bien au-delà du simple statut d’observateur. De cette aventure humaine naît un reportage qui a remporté plusieurs prix internationaux et a été publié dans la presse magazine dans plus de 20 pays (Paris Match, Le Monde2, Geo, The Independent, Gente, El Pais, The Walrus…).

Nicolas Righetti,

Après des études sociales à l’I.E.S, Nicolas Righetti, né le 16 avril 1967 à Genève, entreprend des études audio-visuelles aux Beaux-Arts de Genève et travaille comme rédacteur photo dans le groupe Ringier. Parallèlement, ses nombreux voyages à travers le monde, en particulier en Asie, éveillent en lui un intérêt grandissant pour les figures politiques de ces pays. Intérêt qu’il exprime par la photographie, mais aussi par la  filmographie. Il réalise alors des reportages pour des magasines chinois et internationaux tels que Paris Match, De L’air, Le Point, Elle, La Repubblica, Newsweek, The New Yorker…

Ce photographe suisse illustre aussi plusieurs livres photo : Valais aux Editions Latour, Ethiopie aux éditions Olizane, puis Ensemble aux éditions La Joie de Lire. Enfin, il réalise Le Dernier Paradis aux éditions Olizane et The Last Paradise aux éditions Umbrage à New York, livre au retentissement international.

Actuellement, il travail comme photographe de presse à l’agence Rezo.ch à Genève.

Marie Dorigny,

Après une première carrière de journaliste, Marie Dorigny est devenue photographe en 1990. Ses reportages ont été publiés dans les plus grands magazines en France et à l’étranger (L’Express, Télérama, Géo, Libération, Le Nouvel Observateur, Paris-Match, Der Spiegel, Time, Life Magazine, etc.). Ses travaux sur le travail des enfants dans le monde, sur les filières de prostitution et l’esclavage sexuel ont fait l’objet d’ouvrages et ont été exposés.

Elle travaille aussi en parallèle sur des projets plus personnels comme celui du Cachemire : premier voyage en janvier-février 2002 ; second voyage en juillet-août de la même année ; en 2003, elle fait un séjour de trois mois pour compléter son travail. Depuis 2002, elle a rejoint l’agence Editing.

Marc Epstein

Né en 1960 à Londre. Rédacteur en chef du service Monde de l’Express. Ce Franco-Britannique, ancien de la BBC, a réalisé de nombreux reportages dans plus de 50 pays, surtout en Asie. Depuis son premier voyage au Cachemire, en 1990, il s’est rendu sur place une dizaine de fois, “par devoir professionnel autant que par plaisir”.

Lauréat du Grand Prix de l’Association de la presse diplomatique en 2001 pour sa couverture de l’Afghanistan et du Pakistan après les attentats du 11 septembre 2001.

Olivier Coret,

Olivier Coret, 34 ans, est photo journaliste indépendant. Il a travaillé sur les conflits des Balkans, d’Afghanistan, d’Irak, du Proche-Orient. Il réalise des sujets magazines tels que la mafia au Kosovo, la prostitution forcée, les banlieues françaises, les violences conjugales, les Serbes, le Front National, les Hooligans. Au Proche-Orient, Il a réalisé des reportages sur la jeunesse de Jérusalem, les familles des kamikazes, les psychiatres de Gaza, les combattants de la paix, la fin de Yasser Arafat, l’Intifada. Son  travail est publié dans la presse française et internationale.

Patrick Bard,

Né en 1958 à Montreuil-sous-Bois, Patrick Bard collabore avec l’agence Editing depuis 1990. Photographe et écrivain, il a publié ses travaux dans la presse française et internationale ainsi que dans plusieurs monographies. Il a consacré un livre à la frontière américano-mexicaine, El Norte (Editions Marval, 2002). Passionné de Mongolie et d’Amérique Latine, il publie en 2006 Qhapac Nan, le Chemin de l’Inca, aux éditions du Seuil. Ses travaux photographiques sur la banlieue ont été exposés au Centre Pompidou, à la Grande Halle de la Villette et plus récemment sur les grilles du Sénat dans le cadre de la rétrospective 1904-2004: Instantanés d’un siècle. Son premier roman, La Frontière (Seuil) a été récompensé par le prix Michel Lebrun (France, 2002) et le prix Brigada 21 (Espagne, 2005)

Eric Roux-Fontaine,

Depuis plus d’une dizaine d’années Eric Roux-Fontaine insère au cœur de son travail la question du nomadisme en tant que modalité d’expression et avatar de compréhension des mondes contemporains. Photographe, peintre, réalisateur, auteur, plusieurs rencontres essentielles ont jalonné son parcours : tout d’abord avec l’écrivain Mattéo Maximoff, puis Rajko Djuric, poète, romancier, et figure politique Rrom, mais c’est surtout une rencontre avec le peuple Rrom, ses cultures, son histoire inscrite à travers le voyage et l’exil. Quelle qu’en soit l’expression, Eric Roux-Fontaine envisage son regard comme une passerelle entre les cultures.

Il collabore avec d’autres artistes qui s’inscrivent dans des réflexions similaires, comme sur scène avec Thierry Robin pour un dialogue fraternel entre peinture et musique, transcendé par la danse de Gulabi Sapera, gitane du Rajasthan.

En compagnie des familles du voyage de la Roumanie à la France, en passant par la Bosnie, la Pologne, l’Inde […] tous ses itinéraires sont à la fois l’origine et la matière de son travail.

Michel Séméniako,

Après des études de sociologie, Michel Séméniako expose ses premières séries de photographies de 1967 à 1970. Il obtient en 1991 le prix la villa Médicis hors les murs. Un an plus tard, son travail est de nouveau récompensé par le prix Nadar. De 1991 à 2004, il est membre de l’agence Métis. Actuellement, maître de conférence en photographie, il enseigne à la Faculté des Arts d’Amiens.

L’œuvre de Michel Séméniako s’oriente autour de deux thèmes principaux : Le tissu social et les liens existants au sein des membres d’une communauté, et les images de nuit.

Dans sa dernière série Exil, il intègre des personnages qu’il met en scène dans des décors nocturnes.

Louise L.Lambrichs,

Si la littérature reste le domaine de prédilection de Louise L.Lambrichs (elle publie plusieurs romans dont certains – Journal d’Hannah, Le Jeu du roman – obtiendront des prix, en France et en Belgique, et seront traduits en plusieurs langues), son imaginaire romanesque se nourrit d’expériences, d’enquêtes et de réflexions qu’elle élabore par ailleurs dans des essais ayant trait à la médecine et à la maladie (La vérité médicale, Le Livre de Pierre) ou encore à l’histoire et à la vérité historique (Les révoltés de Villefranche, Nous ne verrons jamais Vukovar). Parce que si les genres littéraires sont multiples, la vie est une. De même l’écriture : une écriture qui, quelque forme qu’elle prenne, engage pleinement celui qui s’y risque.

Henri Dorion ,

Henri Dorion a fait des études de droit, de musique et de géographie. Il s’est intéressé aux frontières, non seulement entre les Etats, mais aussi entre les arts et les sciences. Il a trouvé dans la muséologie un terrain fertile pour la pratique des convergences et des complémentarités, notamment au niveau international. Durant cinq ans directeur de la recherche, des collections et des relations internationales au Musée de la Civilisation de Québec, il a réalisé une quinzaine d’expositions relatives à l’histoire ou à l’art d’autant de pays. Grand voyageur, il a visité la majorité des villes du patrimoine mondial et, parmi les quelques 400 conférences et entrevues qu’il a données sur divers sujets, figurent souvent l’une ou l’autre de ces villes patrimoniales.

 

Il est l’auteur de plus de 300 publications touchant le droit, la géographie, la toponymie, la musique, la muséologie. Il partage actuellement ses activités d’enseignement et de recherche entre Québec et Moscou.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: